Lac salé de Larnaka (Larnaca)
Français
Vous êtes ici:Page d'accueil»Découvrez Chypre»Nature»Sites d'intérêt»Lac salé de Larnaka (Larnaca)
Lac salé de Larnaka (Larnaca)
Lac salé de Larnaka (Larnaca)

Le lac salé de Larnaka (Larnaca), mesurant 2,2 kilomètres carrés, est le deuxième plus grand lac salé de Chypre. En 1997, il fut déclaré aire protégée en vertu de la loi chypriote pour la Protection et l’Aménagement de la nature et de la vie sauvage, ainsi qu’en vertu de  la directive européenne habitat “faune, flore”. C’est un site Ramsar et Natura 2000 de grand intérêt et l’un des biotopes les plus significatifs d’Europe, ainsi que l’un de ses plus importants habitats.

Situé au sud-ouest de la ville de Larnaka et à l’est des villages de Meneou et Dromolaxia, le lac salé, connu localement sous le nom grec «Alyki », n’est  qu’un des quatre lacs de Larnaka. L’Alyki et les trois autres lacs, Orphani, Soros et celui de l’aéroport, occupent une surface totale de 1761 hectares.

L’hiver le lac se remplit d’eau et abrite des oiseaux migrateurs, notamment des milliers de flamants, qui y résident entre novembre et mars, ainsi que des canards sauvages et d’autres oiseaux d’eau ou de rivage, qui trouvent refuge ici lors de leurs voyages migratoires. L’élément de base essentiel de la chaîne alimentaire qui constitue l’écosystème de ces lacs est la petite crevette Artémie (Artemia salina). C’est en grande partie d’elles que dépendent les autres espèces vivantes de cette chaîne; lorsque les flamants et les autres oiseaux d’eau n’en trouvent plus, ils délaissent le site et continuent leur voyage jusqu’au lac d’Akrotiri à Lemesos ou plus au sud, vers l’Afrique.

Serpentant à travers la région du lac salé, le sentier de randonnée, tracé en zone réservée, d’une longueur de 4 km, mène jusqu’au vieil aqueduc de Kamares. Les composantes de la flore variée rencontrées en chemin, arbres, arbustes et fleurs, sont accompagnées de plaquettes informatives et le parcours est équipé de bancs régulièrement espacés, ce qui rend ce sentier populaire parmi les randonneurs et les joggeurs.

Des découvertes archéologiques montrent que la région où se trouvent le lac salé et la mosquée Hala Sultan Tekke toute proche était habitée dès le Néolithique. Au cours des temps préhistoriques, le lac salé était un port desservant la ville excavée à proximité de l’emplacement actuel de la mosquée. Cette ville fut l’un des grands centres urbains et commerciaux de Chypre au cours de l’Âge du Bronze (1650-1050avant J-C). Lorsque la cité fut abandonnée, l’estuaire s’envasa et le port naturel fut détruit.

Selon la légende la salinité du lac est lié au refus d’une vieille femme d’aider Saint Lazaros, lorsque ce dernier lui demanda à manger et à boire. Celle-ci refusa en prétextant que ses vignes s’étaient desséchées, ce à quoi le saint répondit «Que tes vignes soient asséchées et se transforment en lac salé à jamais !». Une explication plus scientifique serait que l’eau salée pénètre les roches poreuses qui séparent le lac de la mer, causant ainsi la forte salinité de l’eau.

Tout au long du Moyen Âge, le sel abondait au point de devenir l’un des principaux produits d’exportation de Chypre. Sa récolte et sa vente furent rigoureusement contrôlées et taxées. La dernière récolte de sel date de 1986.

Le sentier de randonnée relie la région à la route culturelle d’Aphrodite.

Newsletter

NOM
Please provide your Name

COURRIEL
Please provide your email

Invalid Input