Le lac salé de Larnaka
Le lac salé de Larnaka, l’un des deux que compte l’île, est un lieu d’une rare beauté naturelle et un habitat pour de nombreuses espèce, aujourd’hui protégées. Ses marécages où viennent se nourrir et percher plus de 80 espèces, fournissent un territoire idéal pour l’observation des oiseaux. Etape pour des milliers d’oiseaux migrateurs, le lac salé est particulièrement connu pour ses flamants roses qui viennent hiberner en se nourrissant de crevettes de mer. A l’image d’une carte postale aux eaux miroitantes piquetées de points roses vient s’ajouter en toile de fond semblable à une oasis, la mosquée de l’Hala Sultan Tekke, l’un des lieux les plus saints de l’islam qui abrite la tombe d’Umm Haram.

L’été, l’eau s’évapore laissant à la surface une croûte de sel qui miroite sous le soleil étincelant et qui rappelle le rôle important que jouait autrefois le lac dans la production locale de sel. Jusque dans le milieu des années 80, il était ramassé, chargé sur des ânes et entassé pour l’exportation.

La zone inclut aujourd’hui un réseau de quatre lacs couvrant 2,2 km carrés qui s’étend à l’ouest de Larnaka, à un jet de pierre de l’aéroport international de la ville. La légende raconte que le lac doit sa salinité à Saint-Lazare, qui se voyant refuser nourriture et boisson par une vieille femme, lui aurait dit « que vos vins s’assèchent et se transforment en un lac salé pour toujours ». Une explication plus scientifique est que l’eau de mer s’infiltre dans le lac au travers de la roche poreuse qui les sépare.

  

PARTENAIRES | QUI SOMMES NOUS | CONDITIONS D'UTILISATION | PLAN DU SITE | BOARD OF DIRECTORS | DIRECTOR GENERAL | ORGANIZATION CHART | CTO EMPLOYEE SEARCH